Global risk report 2019

Le Global risk report 2019 est paru à l’occasion du symposium de Davos. Ce rapport est issu d’un millier d’interview de dirigeants.

Pour cette année, 90% d’entre eux s’attendent à une dégradation économique. Le FMI a d’ailleurs révisé sa prévision de croissance mondiale de 3,7 à 3,5% pour 2019, qui subit notamment la baisse des prévisions chinoises. Les personnes interrogées redoutent également massivement des confrontations politiques entre les principales puissances économiques. Pourtant, par ordre des préoccupations mondiales, le climat arrive en tête, suivi des risques cyber, bien avant la peur d’une crise financière ou d’une récession économique.

Climat

A horizon de 10 ans, le dérèglement climatique apparaît comme la principale menace. Les scénarios de climat extrême (qui n’est qu’un exemple de catastrophe naturelle) sont ainsi abordés. L’effondrement de la biodiversité devient une préoccupation (-60% depuis 1970). En 2050, 800 millions de personnes vivront dans des zones côtières exposées à une hausse du niveau des océans de 50 cm. De plus, par pompage de l’eau potable, certaines villes s’enfoncent, comme Djakarta.

Bien sûr, avec le climat, viennent les catastrophes naturelles, les stress hydriques, les tensions politiques, les migrations climatiques (avec une population africaine qui avoisinerait quatre fois celle de l’Europe dès 2050).

Le rapport pointe le montant de la prévention, neuf fois moins important que le montant des réparations des dommages. A l’inverse, certains craignent des manipulations climatiques.

Nouvelles technologies

Malgré l’extraordinaire foisonnement des progrès apportés par les nouvelles technologies, le rapport fait état de diverses craintes :

–             Des réactions émotionnelles face à l’intelligence artificielle, bien sûr avec l’automatisation, mais aussi les « fake news », les violations des données privées, et les cyber attaques. Avec la digitalisation, les inégalités ne se réduisent pas, au contraire (accumulation de richesse des milliardaires, selon Forbes).

–             Le risque soulevé par les ordinateurs quantiques est mentionné. Avec ce type d’ordinateurs, on peut oublier tout système de cryptographie et de protection des données, y compris celles vitales (codes nucléaires par exemple).

–             La révolution des biotechnologies s’accompagne de craintes de manipulations génétiques, voire d’armes bactériologiques.

L’anxiété progresse dans le monde, face à un manque de contrôle des risques : 700 M de personnes sont atteintes de troubles mentaux, 68% des américains sont anxieux au moins une fois par jour, pour l’essentiel, les Français pensent qu’ils auront une vie pire que leurs parents.

Finance

La dette globale (estimée à au moins 225% du PIB mondial) s’accroît. En cas de crise financière mondiale, la solidarité internationale semble moins garantie. Pourtant, certains secteurs apparaissent en sous-investissement, comme les infrastructures (300 ponts sont en risque d’effondrement en Italie, les infrastructures aux USA sont notées D+). Il faudrait en 2040 un investissement de 97 tr$ quand la prévision n’est que de 79 tr$.

Le danger représenté par les bulles de dettes est présent dans le rapport, mais la crainte s’oriente plutôt vers le risque d’insuffisante coopération entre les banques centrales et les probables « populismes monétaires ».

Moins de coordination ?

Pour répondre à ces défis éthiques de la 4ème révolution industrielle, les actions coordonnées et les réponses européennes et mondiales faiblissent, alors que les nationalismes regagnent du terrain.

L’Europe est fragilisée par la montée des nationalismes et le Brexit. Le rapport préconise que tout en confortant la relation transatlantique (OTAN, OSCE, ONU, etc), l’UE devrait rester unie. Il faudrait que les élections européennes en mai prochain soient un nouveau départ pour l’UE.

Mais les dirigeants politiques français ont plutôt boycotté Davos. Ils ont préféré faire la fête avec 150 grands patrons à Versailles. C’est le lieu que Carlos Ghosn avait privatisé pour son mariage.

Partager l'article

Commenter