La Chine 2ème marché de l’assurance mondiale

Les études Sigma (Institut d’études de Swiss Re) sur l’assurance mondiale ont été publiées en juillet.

La croissance du chiffre d’affaires mondial de l’assurance (4,9 trillions $) s’est limitée à 1,5% en 2017 (contre 2,2% en 2016). Si l’assurance dommages (2,2 trillions $) a connu une hausse de 2,8%, l’assurance vie (2,7 trillions $) a dû se contenter de +0,5%.

Bien sûr, dans ces études, il convient d’être prudent dans les analyses avec les fluctuations de changes, en distinguant les progressions en divises locales et les progressions exprimées en dollars US. Généralement dans les études Sigma, les montants sont en $, mais les croissances sont nettes d’inflations locales.

Géographiquement, l’assurance est à l’image de l’économie, la Chine progresse (+21% en vie, et décélération en dommages à 10% « seulement »). Dans le même temps, les USA et l’Europe de l’Ouest saturent. Dans les pays matures, la croissance du chiffre d’affaires dommages a été globalement celle du PIB nette d’inflation.

A plus long terme (les études Sigma fêtant leur 50ème anniversaire), il n’est pas étonnant de constater l’émergence de l’Asie. Cette croissance sur un demi-siècle a été soutenue par l’assurance vie au Japon dans les années 70 et 80, et aujourd’hui par la Chine. Depuis les années 60, l’Asie est passée de 5% à 22% de l’assurance mondiale.

Les taux de pénétration (primes/PIB) saturent vers les 4% en vie et 4% également en dommages dans les pays matures. Ils pourraient encore tripler dans les pays émergents pour arriver à ces mêmes 4%.

Si l’on extrapole les tendances, la croissance future de l’assurance, liée à la maturation démographique, devrait se retrouver en Asie (Inde, Pakistan, Indonésie,…), en Afrique (Nigéria, Kenya,..) et en Amérique latine (Mexique, Brésil,…). De grands pays restent à la traine, comme la Russie (au 28ème rang de l’assurance mondiale).

Sigma prédit encore de la croissance des chiffres d’affaires en assurances de dommages, mais avec de fortes tensions sur les prix, dues aux taux bas, aux accroissements réglementaires, et à la compétition accrue. A cet égard, le positionnement du digital dans l’assurance sera crucial dans les décennies à venir.

A noter qu’en Chine, désormais 2ème marché mondial de l’assurance derrière les USA, le pouvoir central maîtrise ces 3 paramètres : la régulation, mais aussi le digital (les BATX ne dépendent pas des GAFA), et les taux (la banque centrale peut ajuster les taux et les devises).

Partager l'article

Commenter