La France en 2040

La transformation du pays va s’accélérer avec des évolutions démographiques, géopolitiques, technologiques, et financières. Il faut s’y préparer dès maintenant.

Climat

La France va connaître la multiplication des incendies mais aussi des épisodes cévenoles ; les inondations du RER C et de la Camargue; des ouragans à répétition aux Antilles (le régime des catastrophes naturelles est à revoir); des vignobles de type bordelais en pays de Loire, du champagne dans les Vosges, le bordelais reconverti au Rioja, et du Boulaouane dans le pourtour méditerranéen; une agriculture et une sylviculture décalées de 400 km vers le nord ; la fin des stations de ski ; des extinctions de masse (barrière de corail en Outre-Mer, la France étant le 2ème pays maritime au monde), mais inversement des proliférations de moustiques en métropole.

Sans céder au malthusianisme, la surpopulation actuelle (on consomme plus chaque année que la terre ne produit) sera accrue à 9Md d’habitants, dont 5Md qui subiront des stress hydriques, particulièrement dans la « ceinture de feu islamique » (Afrique du Nord, Moyen-Orient, Asie centrale), mais aussi en Espagne et en Grèce. L’immigration de masse sera à motif économique, climatique et politique, les 3 étant liés.

La France pourrait jouer un rôle énergétique de pointe, si elle sait moderniser son savoir faire nucléaire tant qu’il est encore temps (EPR à revoir, LENR, Cadarache, etc). Le dessalement à grande échelle (qui est énergétivore) va s’avérer nécessaire.

Territoires

Dans un monde de mégapoles, il fallait que Paris change de taille pour rester à l’échelon global. Malgré les retards, le Grand Paris sera achevé, avec un quasi doublement de la longueur des lignes ferrées. Un pôle scientifique se dessine au sud de Paris, doté de la taille critique dans la compétition mondiale.

En part de la population européenne, la France aura gagné 11% :  73M d’habitants (+9%, en croissance surtout en façade atlantique), à comparer aux 720M d’Européens (y compris Russie), en recul de 2%.

Mais cet accroissement se fera par le vieillissement, avec 22,6M de plus de 60 ans (+67%) selon l’Insee. Et, sauf mesures correctrices, avec un accroissement des inégalités (Grand Paris versus ruralité, personnes âgées versus actifs, connectées versus non qualifiées).

Les transports seront largement sans chauffeurs ni hydrocarbures. Les premiers vols à destination de Mars auront eu lieu. L’Europe sera-t-elle du voyage ? Malgré la présence d’eau (donc la possibilité de générer de l’oxygène), habiter sur Mars ne sera pas simple.

International

En renouvelant ses relations africaines et avec la francophonie (l’Afrique est en cours de doublement de sa population), la France dispose d’un atout. Cela peut-être gagnant-gagnant si elle parvient à faire de l’Afrique son atelier, comme l’Allemagne avec les pays de l’est. Des pays proches connaîtront des évolutions (Algérie, Maroc, Sahel, etc), fournissant des opportunités en ce sens.

L’Asie dominera le monde, avec notamment l’Inde montant en charge après la Chine (qui sera alors la première puissance du monde, loin devant les USA). Pour les Amériques, cela dépendra de la poursuite de l’isolationnisme ou pas.

L’Europe traverse une passe difficile. Le déclin, voire le risque d’éclatement, se profile si on ne corrige pas le fonctionnement de l’UE. L’UE pourrait être approfondie (pas seulement l’Union bancaire) et surtout élargie. Malgré tous les efforts pour procrastiner, l’UE finira par intégrer la plupart des pays de l’ex Yougoslavie (Macédoine « du Nord », Serbie, fédération de Bosnie (y compris ses croates) et république serbe de Bosnie, Monténégro, …). Il faudra bien trouver des accords de partenariats avec les pays du Caucase, l’Ukraine, la Russie, et la Turquie. Les Britanniques finiront par comprendre que le Brexit est une catastrophe, avec un risque d’explosion du Royaume-Uni, et auront toqué à nouveau à la porte de l’UE.

Finance

L’actuelle bulle de dettes aura explosé dans les années 2020. Une crise financière monstrueuse aura frappé le monde et en particulier l’Europe (la Fed reconstitue ses leviers de taux et de bilan, contrairement à la BCE). La crise de 2008 n’a pas été résolue, mais repoussée en bouchant de la dette par l’émission de dettes plus grandes encore.

La France doit vraiment corriger ses excès (dépenses publiques et prélèvements obligatoires en hausse, quoique déjà exorbitants, rendant le pays non compétitif, et entrainant chômage, déficits, etc). Sinon, dans un contexte de sélection darwinienne an cas de crise financière, personne ne pourra sauver la France de la faillite. Le modèle social aura évolué avec la mise en place du système de retraite universel (ce qui diminuera les engagements de retraite à l’égard des fonctionnaires).

Digital

D’ici 20 ans, le digital aura eu le temps de révolutionner le monde du travail. L’IA aura supplanté les raisonnements. Avec les objets connectés, on ne saura plus qui de l’humain et de la machine en réseau est le maître. Le pouvoir passera par des médias électroniques, et les entreprises mondiales seront plus puissantes que les Etats. Là aussi, soit l’UE rattrape l’avance des USA (GAFAMITIS) et de la Chine (BATX), soit elle continue à imposer des contraintes (type RGPD). La France pourrait pousser le digital en Europe, avec des grands groupes, notamment si l’on développe des ordinateurs quantiques. Reste à savoir si on veut que les hommes convergent vers les machines, dans un élan transhumaniste, ou si on garde la maîtrise sur les robots du quotidien.

Partager l'article

Commenter