Poème d’Octobre

Octobre a sa chanson d’automne de Verlaine à la tonalité bucolique, ses feuilles mortes de Prévert et Kosma*, aux accents nostalgiques. Pour le gouvernement aussi, la période est mélancolique :

  • L’été indien fut sympathique, mais il s’accompagne de sécheresse agricole, de manque de fourrage, et le problème des semailles point.
  • Ascoval menace de fermeture une usine, malgré la participation de l’Etat dans son actionnaire Vallourec. A peine nommée, la Secrétaire d’Etat auprès de B. Le Maire a été désavouée. Elle prônait le reclassement, alors que le chef de l’Etat avait promis le maintien.
  • La fermeture de Fessenheim a été annulée en Conseil d’Etat.
  • La seule fermeture de centrale parmi celles promises par l’Etat ne se ferait donc pas durant ce quinquennat.
  • Le chômage est en hausse pour le 2ème trimestre consécutif. Au mieux pour 2018, l’Insee voit stagnation du chômage à 8,9% en 2018, quand la Banque de France voit avec 9,1% une remontée.
  • Le remaniement tardif n’a pas soulevé d’enthousiasme, avec quelques copinages, mais sans ralliement de poids. Difficulté à trouver un Délégué général à LREM. Aucune femme en vue parmi les chefs de la Macronie. Non seulement les sondages sont en berne pour E. Macron, mais son Premier ministre (qui n’est ni LREM ni Modem) voit sa cote s’améliorer.
  • Les incivilités ressurgissent à l’école et dans les « zones ». Le Nième démantèlement d’une jungle à Grande Synthe, et les migrants à Nantes continuent de camper.
  • La discussion du PLFSS révèle le mensonge sur le Reste à Charge 0. Les prestations liées au « RAC0 » ont bien un coût qui se répercutera sur celui de la Sécurité Sociale et des complémentaires santé.
  • La discussion du PLF est également laborieuse, avec une polémique sur l’évolution du pouvoir d’achat avec les hausses du pétrole et de ses taxes, depuis le début de l’année +15% pour le sans plomb et +23% pour le diesel, et les 2/3 vont à l’Etat). L’amélioration du pouvoir d’achat sera rendue illisible avec l’instauration du prélèvement à la source, le saucissonnage des réductions de cotisations sociales, et la remontée par certaines collectivités locales de la taxe d’habitation.
  • L’Europe traverse une mauvaise passe : Brexit sans deal, tensions avec l’Italie, la Hongrie, et des frictions sans raison.
  • Les ventes d’armes à l’Arabie Saoudite sont challengées suite à l’affaire Khashoggi.
  • Le contexte international (guerre commerciale, Iran, Arabie, montée des nationalismes jusqu’au Brésil, …) laisse entrevoir un ralentissement mondial de l’économie.

Mais gardons la foi. Un rallye de fin d’année est toujours possible. La visibilité sur le Brexit ne peut que s’améliorer. Il finit par pleuvoir, et les mauvaises nouvelles ne durent guère plus d’une quinzaine dans les médias.

*Les feuilles mortes : chanson écrite par J. Prévert et composée par J. Kosma (inspirée par le poème d’octobre de J. Massenet). Elle a été utilisée par M. Carné et Y. Montand, avant de se décliner via le jazz (Autumn leaves). S. Gainsbourg lui a rendu hommage, ainsi qu’il a repris le poème saturnien de P. Verlaine. Inconsciemment, elle a pu influencer les Moulins de mon cœur, paroles françaises d’E. Marnay (la version américaine est des Bergman, The windmills of your mind) et musique de M. Legrand (dont le thème est celui de l’andante de la symphonie K 364 de W.A. Mozart).

Partager l'article

Commenter